Grossesse et SOPK : comment tomber enceinte avec le SOPK (Syndrome des Ovaires Polykystiques)

Comment tomber enceinte avec le SOPK? Le SOPK, ou Syndrome des Ovaires Polykystiques, est l’une des principales causes d’infertilité féminine. Il touche environ 10% des femmes, se reliant à un déséquilibre hormonal et se manifestant notamment  par des symptômes en rapport avec un désordre du métabolisme des androgènes (prise de poids , hirsutisme, perte des cheveux) mais aussi par un trouble du métabolisme des sucres (diabète). Dans les 2 cas, il peut aussi et surtout affecter vos chances de concevoir. 

Dans cet article, nous voulions donc évoquer le parcours de grossesse particulier que peuvent rencontrer les femmes souffrant du SOPK. Car malgré ses conséquences sur la fertilité, il reste possible pour elles de tomber enceintes naturellement. 

Qu’est-ce que le Syndrome des Ovaires Polykystiques ?

Avant de nous intéresser aux liens entre grossesse et SOPK, il est important de comprendre ce qu’est le syndrome des ovaires polykystiques. 

Le SOPK est un déséquilibre hormonal, qui se traduit par la production excessive d’hormones mâles (les androgènes, et plus particulièrement la testostérone) dans les ovaires. Celle-ci va venir interférer avec le processus naturel de l’ovulation et provoquer de nombreux symptômes, dont le SOPK.

Très concrètement, les ovaires polykystiques contiennent un grand nombre de « kystes » inoffensifs. Ces follicules contiennent un  ovule, mais qui ne se sont pas développés correctement.

Le SOPK peut ainsi se manifester dans toute une série de symptômes, et notamment : 

  • Des règles irrégulières (avec un flux abondant ou parfois très léger) ; 
  • Un problème de surpoids, 
  • De l’acné ;
  • Une pilosité excessive sur le visage ou le torse, mais aussi une perte de cheveux; 

Toute la difficlté est que ces symptômes varient énormement en intensité d’une femme à l’autre. Une sur deux n’aura d’ailleurs aucun symptôme. De nombreuses femmes découvrent ainsi qu’elles souffrent de SOPK lorsqu’elles rencontrent des difficultés à concevoir. 

Grossesse et SOPK : comment le syndrome des ovaires polykystiques affecte la fertilité ?

Pour bien comprendre les liens entre grossesse et SOPK, il faut connaître le processus d’ovulation chez la femme. Les ovaires sont en effet constituées de follicules, à l’intérieur desquels se trouvent les ovules. Lors d’un cycle menstruel, certains vont mûrir et être libérés dans les trompes de Fallope, prêts à être fécondés.  

Mais lorsque l’ovaire est polykystique, elle ne parvient pas à produire suffisamment d’hormones pour que le follicule mûrisse et soit libéré. C’est pour cette raison que les femmes concernées ont des règles irrégulières, et qu’il est plus difficile de tomber enceinte avec le SOPK.

Cela a une première conséquence qui impacte directement les chances de concevoir : il n’est plus possible de connaître le moment exact de l’ovulation. Mais cela ne veut pas dire que les femmes souffrant de SOPK ne peuvent pas tomber enceintes. La grossesse peut également mettre plus de temps à survenir, tout simplement parce que l’ovulation prend plus de temps et peut ne se produire qu’une fois tous les quelques mois. 

Les femmes concernées sont donc plus susceptibles d’avoir à suivre des traitements contre l’infertilité que les autres. Mais les recherches montrent qu’au cours de leur vie, elles vivront autant de grossesses et auront autant d’enfants que celles qui ne sont pas touchées par le SOPK. 

SOPK, stress et infertilité 

Un autre facteur de risque pouvant expliquer les liens complexes entre grossesse et SOPK est le stress (et stress oxydatif). En effet, les difficultés à planifier son ovulation et donc à tomber enceinte peuvent engendrer beaucoup d’anxiété pour les futurs parents. Il faut également savoir que ce dérèglement hormonal agit sur le cerveau, dont la résistance naturelle au stress est dérégulée. 

Or on sait que le stress affecte directement la fertilité, en accentuant notamment l’irrégularité et la longueur des cycles menstruels. Attention donc à bien prendre soin de votre santé mentale autant que physique si vous êtes diagnostiquée avec un SOPK. 

Les traitements médicaux du SOPK sont-ils suffisants pour tomber enceinte avec le SOPK?

La médecine traditionnelle propose plusieurs traitements pour mitiger les symptômes du SOPK, y compris l’infertilité. C’est notamment le cas du clomifène, qui stimule l’ovulation, ou encore de la metformine, une molécule permettant de lutter contre l’hyperinsulinisme. 

Néanmoins, les résultats sont souvent insuffisants pour impacter réellement les chances de concevoir. Il sera généralement nécessaire de les compléter par une approche naturelle afin de concilier grossesse et SOPK. 

Soulager le SOPK grâce à la naturopathie

De simples changements dans votre hygiène de vie quotidienne peuvent vous aider à soulager les principaux symptômes de SOPK, et booster votre fertilité afin de tomber enceinte avec le SOPK.

Le premier axe d’amélioration est l’alimentation. Manger sain et équilibré est très important lorsque l’on souffre du syndrome des ovaires polykystiques puisque ce dernier a pour effet de dérégler votre métabolisme, et en particulier votre résistance à l’insuline. 

Il est donc conseillé d’adopter un régime alimentaire avec un indice glycémique bas les 3 à 6 mois avant la conception. Perdre du poids, en particulier pour les femmes en surcharge pondérale, aura également des effets bénéfiques sur les symptômes et permettra de concilier grossesse et SOPK. 

Bien dormir et apprendre à réguler ses émotions est également très important pour réduire le stress lié au SOPK et aux difficultés pour tomber enceinte qu’il peut engendrer. De bonnes nuits réparatrices sont essentielles pour réduire l’anxiété et contribuent donc à améliorer naturellement la fertilité. Idem pour le yoga et la relaxation, qui vous permettront d’accueillir vos émotions (et notamment la détresse que peut engendrer le SOPK) avec bienveillance. Cela se révèlera bénéfique sur le long terme, notamment pour booster la fertilité, mais également à toutes les étapes de votre projet d’enfant. 

Quelles plantes et compléments alimentaires pour améliorer la fertilité en cas de SOPK ?

Pour améliorer sa fertilité lorsque l’on souffre de SOPK, il est également recommandé de se complémenter. Certaines plantes et nutriments ont en effet montré leur efficacité pour booster les chances de concevoir. 

Polykystix, le complément alimentaire Nurilia en cas de SOPK

C’est le cas notamment à base du zinc (qui contribue à la fertilité), des vitamines (dont la B9 sous forme d’acide 5S-métyltétrahydrofoliq, qui participe au métabolisme de l’homocystéine) et de la berbérine que l’on retrouve dans le complément Polykystix. Sa formule brevetée Nurilia contient un rapport très spécifique de deux éléments essentiels pour lutter contre le SOPK: le myo-inositol et D-chiro inositol.

L’association de ces vitamines, minéraux, acides aminés et extraits de plantes permet en effet d’améliorer la fertilité en cas de SOPK en luttant contre le stress oxydant. Le myo-inositol et le D-chiro inositol agissent comme médiateurs intracellulaires de l’insuline, et pourraient également améliorer la qualité de l’ovocyte, de l’embryon ainsi que de son implantation. 

Augmentez vos chances de tomber enceinte en vous complémentant en Polykystix®.

Méta-description : Découvrez des liens entre grossesse et SOPK et comment augmenter ses chances de concevoir en cas de symptôme des ovaires polykystiques. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience et optimiser nos sites et services.